JERF

CONTACT:soutienreunion@yahoo.fr 06 70 25 46 75 Rès pa tousèl Lite èk lo JERF !

mercredi 29 décembre 2010

Troupes françaises hors d'Aghanistan et d'Afrique !

Troupes françaises hors d'Afghanistan et d'Afrique !

Déclaration commune du Groupe Socialiste Internationaliste (GSI) et du JERF (Jeunesse Emigrée Réunionaise en France)

330 millions d'euros pour le budget de la défense. 3850 militaires français actuellement armés contre le peuple afghan. 11 000 civils déjà morts là-bas. 50 soldats français, domiens pour la plupart, ont été tués depuis le début du conflit. Voilà le bilan de la présence française en Afghanistan.

Pendant ce temps, 56 000 postes de professeurs ont été supprimés depuis 2007. Les écoles sont fermées, tout comme les hôpitaux et les maternités. Dans les DOM-TOM, ravagés par le chômage, la jeunesse est embrigadée pour servir de chair à canon à l'impérialisme français. Nous ne financerons pas la barbarie du capitalisme. L'argent de nos salaires doit financer nos retraites, nos écoles et notre santé.

Nous, réunis le dimanche 5 décembre à l'initiative de la Jeunesse Émigrée Réunionnaise en France et Groupe Socialiste Internationaliste, appelons tous les partis, les syndicats et les organisations qui se réclament du mouvement ouvrier à se prononcer clairement pour le retrait des troupes françaises d'Afghanistan et d'Afrique.

Paris, le 5 décembre 2010

Troupes françaises hors d'Afghanistan et d'Afrique !
Démantèlement immédiat des bases militaires françaises dans l'Océan Indien et en Afrique !

jeudi 16 décembre 2010

Bon fètkaf !


Fête de l’Abolition de l’esclavage dans le Tarn (81)

Fêt Kaf 2010, les enfants de Lo Rwa Kaf. En souvenir de l’abolition de l’esclavage, nous organisons le samedi 18 décembre 2010 in Soubatkoz à partir de 15h jusquà tard dans la nuit.




20 désamb fête de la Liberté Fête de l’Abolition de l’esclavage dans le Tarn (81)
Fêt Kaf 2010, les enfants de Lo Rwa Kaf. En souvenir de l’abolition de l’esclavage, nous organisons le samedi 18 décembre 2010 in Soubatkoz à partir de 15h jusquà tard dans la nuit.

Au programme :
Sou bat, Kozé sur le thème de l’esclavage Sirandane (devinettes..) Maloya chanté, dansé Repas (Nou pik dand marmit in é lote)
Au coin Apéro les pieds dans l’eau :
Cocktail Tropical san alcol Jus de fruits Jus de Tamarin Rhum sarèt et Rhum déranzé Ti-punch Pina colada Chips de fruits exotiques Bouchons Samoussas
Pou le repas dessous piéd’bois :
Cary poisson massalé Poulet au coco Civet canard Riz blanc et riz maïs Rougail tomate combava Sauce piment et citron
Pou le dessert tard ds la soaré :
Bananes flambées Tartes coco au rhum ambré
Bon 20 Désamb a zot !
A MONTDRAGON dans le 81. Pour tout renseignement Dalons, Dalonnes, faites le 06.31.74.08.83.

lundi 13 décembre 2010

Communiqué de presse : Nou lé pa lo chien !

Communiqué de presse de la Jeunesse Emigrée Réunionnaise en France : Nou lé pa lo chien !


Ce matin un article du JIR titrait : Une vingtaine de Réunionnais expulsés en plein hiver

Des membres du Jerf qui connaissent le Relais Palaiseau qui se trouve dans l'Essonne ont rencontré des résidents, pour en savoir plus. Le Relais Palaiseau, où ils ont leurs logements a décidé de les mettre dehors à partir du 31 décembre. Après une réunion avec les résidents, leur sursis est prolongé d'un mois : ils devront partir le 31 janvier dernier délais.


Les situations sont variées. Certains sont là depuis deux ans, d'autres depuis quelques mois. Ils sont en couple pour quelques uns ou célibaraires pour d'autres, avec ou sans enfants. Ils travaillent, après de dures et longues recherches d'emplois en région parisienne.

Ils paient un loyer entre 650 et 700 euros pour quelques 20 mètres carrés.


Evidemment, nous soutenons nos compatriotes et nous demandons à ce qu'ils restent sur place au Relais Palaiseau jusqu'à ce qu'ils aient TOUS un logement décent .

Ces jeunes n'ont pas la volonté de rester toute leur vie dans ce relais, leur but est de trouver un logement plus grand et moins cher, plus près de leurs lieux de travail...

On ne peut pas faire venir des gens pour travailler dans un pays qui n'est pas le leur sans leur donner les moyens de mener une vie digne de ce nom . Le droit au logement est un droit fondamental.

La volonté du Cnarm par le biais de son accord avec le Relais Palaiseau est bien de faire transiter des Réunionnais par ce lieu sans se soucier de ce qu'ils deviendront après : un Réunionnais en remplaçant un autre.

C'est bien une spirale infernale qui se met en place : lès pa zot fé sa èk marmay la Rénion !

Le Cnarm doit leur trouver à TOUS un logement avant de faire venir d'autres Réunionnais sur place, au Relais Palaiseau.

Des HLM pour les travailleurs Réunionnais en France !

Nou lé pa lo chien !

Jerf, à Paris le 13 décembre 2010

mercredi 8 décembre 2010

Sommes-nous des politichiens ?

C'est dans les habitudes de certains Réunionnais d'utiliser les gens pour se faire une place au soleil,à côté des politiciens à la Réunion !

Dernier exemple mutant en date un bollywood saint-andréen président de l'AERP : un vrai vers comme on dit. Les jeunes s'engagent : c'est bien ! Mais utiliser la misère de l'émigration pour monter dans la côte des politicens, c'est dégueulasse.

Le JERF ne salue pas ce genre de personnes bien au contraire, c'est la honte de la Réunion, ce genre de gangrène et de vermines.

Le Jerf n'est pas avec, mais contre les politiciens abuseurs et profiteurs.

Le JERF n'est pas un marche pied pour la carrière politique d'un tel ou d'une telle !

Le JERF c'est nout tout, c'est pas "moi je" !

Dans le JERF, lé na sat lé révolté, lé na lé dan la mizèr, lé na sat i vé lité, lé na lamitié kamarad, lé na osi sat i èm pa i komand azot, lé na sat i èm zot péi...

Dans le JERF na poin inn kisoi malbar, kisoi sinoi biensa zarab i kroi li lé plis ké lot. Dans le JERF, sakinn son gayar !

Kozman d'une Réunionnaise née en France


"Rien n’a changé : comme la génération de nos parents arrivés en Métropole il y a plus de 30 ans, c’est ce même sentiment de déracinement qui accable les nouveaux arrivants comme la génération née qui est née ici . Où est ce lien qui est censé unir La Réunion à la Métropole ?

Personnellement, avec ma famille nous avons pu bénéficier des congés bonifiés, et ce jusqu’à mes 21 ans. On nous permet d’avoir des liens avec notre pays uniquement durant notre jeunesse et puis plus rien. Actuellement ces congés bonifiés sont remis en question. Maintenant adulte, tout est à refaire, et pour cette nouvelle génération d’enfants, nos enfants qu’en sera-t-il ? "

La Région s'inspire t-elle du JERF ?

La Région Réunion a mis en place un dispositif depuis quelque temps pour permettre à un proche de venir en métropole en cas de décès d'un Réunionnais en France. Grand bien lui fasse !

Lors de notre première conférence de presse le 3 mars 2010 , les jeunes du JERF avait dénoncé le marché des billets d'avion face à des drames comme la mort des proches.

Nous exigeons que l'Etat et la Région prennent en charge et financièrement et matérièlement le rapatriement du corps des Réunionnais décédés en France.

Les rapatriements des trois jeunes militaires Réunionnais morts pendant une guerre injuste contre le peuple afghan ont été pris en charge par l'armée : est-il nécessaire d'avoir des trous dans la poitrine pour être traités autrement que comme des chiens ?

Pour vous procurer la brochure de notre conférence de presse, contactez-nous : soutienreunion@yahoo.fr

jeudi 18 novembre 2010

Sini lé la mèm !



L'association Cimendef rend hommage à son fondateur et au grand militant politique et culturel : Serge Sinamalé.

La Jeunesse Emigrée Réunionnaise en France se joint à cet hommage et salue le travail de "semences" effectué par celui qu'on appelait Sini. Les plants de la révolte contre toutes les formes d'injustices, et de la lutte pour la dignité pour tous et pour toutes, donneront un jour nous en sommes certains de savoureux fruits, dans ce pays "amaré èk la sènn" de la profitasion.

Il aurait fêté ses 70 ans cette année. Il avait aimé transmettre et enseigner, mettre debout la jeune marmaille accablée par les misères sociales... Ce fût un très grand pédagogue. Comme les militants du JERF, il avait connu l'exil, le douloureux exil mais toujours dans la joie de la lutte, sa compagne éternelle.

Voilà un kozman d kèr sur la rencontre avec ce grand homme, comme tous les hommes il q pu commettre des erreurs il faut lui reconnaître ses qualités politiques, intellectuelles et profondément humaines :


Sini

Fine … alé …
Mwin la trouv aou na in
ané dsa.
Mon bous té také : ou
La domand amoin : POKOSA ?
Ma pa gingn di aou,
Lémosion
Té for.
Ou la anmèn a nou dan
Fénwar vant lo tan, dan vant
La mèr.
Té promyé foi moin té
Tomb si tan prè
Linstriman.
Out kaz la fé mazine
Amoin in vyé shapèl
Malbar dérièr la kour lisine
Byen sa tablisman.
Linstriman ?
Sa mèm
Ou navé po racont a nou.
La lit ? le lamontraz
Té sa mèm : dan out
Shapèl : Bob, Tambour, Jumbé …
Moin té port an respé
Parèy dovan bondyè
Kosa ou la done amoin ?
Lémosion dvan bon bondyé
La, la fé a mont amoin
Sa tèr moin !
Si mi ve rèst in moun
Dvan kolonialis
Dvan bonom
AMOIN IN FANM,
SE PAR MALOYA MOIN VA GINYE …
Sinamalé … pa encor alé …

Lo kor, le kèr, lespri lé la.

07 07 08

vendredi 5 novembre 2010

Article sur clicanoo sur le JERF et les retraites

Clicanoo http://www.clicanoo.re/11-actualites/15-societe/262917-retraites-et-nationalite-meme.html

Retraite et nationalité, même combat

Avec des sources différentes, les deux communiqués arborent plusieurs points communs. Signés respectivement par le “Kolèktif Dégage !” et les “Jeunes émigrés réunionnais en France”, les deux textes, expédiés par courrier électronique, insistent tous deux sur les discriminations qui visent à la fois les immigrés étrangers et les ressortissants d’outre-mer. Alors, selon eux, “la réforme des retraites c’est encore une réforme dégueulasse qui va s’abattre sur les plus pauvres, les femmes…”, écrit le Kolèktif Dégage !. Les auteurs poursuivent : “Immigrés, nous sommes les premiers touchés par la précarité, la crise et les licenciements. Au prétexte qu’il y a trop d’immigrés dans les HLM, les logements sociaux nous sont refusés. On a 3 fois moins de chance que les autres de trouver un travail après des études. Avec un CV identique, on a cinq fois moins de chances de décrocher un entretien d’embauche ! Les enfants de Domiens et les enfants d’Immigrés sont les plus discriminés à l’embauche…”Les deux structures font le parallèle entre la réforme des retraites et les textes sur la déchéance de la nationalité, qu’ils rejettent avec force. Le JERF insiste : “à la Réunion, 60% des retraités touchent le minimum vieillesse pour 5% en métropole. A combien s’élève la retraite des Chateauvieux et autres ? Travailler plus pour payer la retraite des profiteurs ? Leurs vacances ? Non ! C’est le travail de nos ancêtres qui ont fourni de quoi fonder ces grandes entreprises familiales de groblan !”.

Renseignements : http://jerf-libre.blogspot.com/ ou http://kolektifdegage.over-blog.com.

Point statique samedi 6 novembre pendant la manifestation contre la réforme des retraites

Le JERF et le Kolèktif Dégage ! fera un point statique pendant ce samedi 6 novembre dans, la manifestation contre la réforme des retraites.

Blog : http://kolektifdegage.over-blog.com
Mail : kolektifdegage@yahoo.fr

Pour contacter le JERF : soutienreunion@yahoo.fr

Retraites : Communiqué du JERF

Communiqué du JERF : La Vérité !
Jeunesse Emigrée Réunionnaise en France Le 30 octobre 2010

En France, les enfants de Domiens et les enfants d’immigrés sont les plus discriminés à l’embauche, au logement : alors que dire des retraites ! Face à la pénurie d’emplois à la Réunion, nous sommes partis pour trouver du travail mais à l’arrivée : enchaînements de contrats précaires, logements contre services à l’habitant autant dire , esclavage moderne en particulier pour les femmes.
Alors qu’une réforme qui va toucher de plein fouet les jeunes travailleurs Réunionnais, était en train d’être votée, Nassimah Dindar saluait l’élite réunionnaise en France, en compagnie de Patrick Karam . Nassimah Dindar se conduit comme une petite indigène qui remercie sans cesse la France salvatrice ! Son discours est empreint du paternalisme de la droite coloniale. Elle veut nous éduquer en bon missionnaire qu’elle est : mais c’est au nom des principes républicains que son garçon a été pris à parti pendant le Ramadan, à la sortie de la mosquée.
Dans les Dom, les inégalités sont accablantes, à la Réunion, 60% des retraités touchent le minimum vieillesse pour 5% en métropole. A combien s’élève la retraite des Chateauvieux et autres ? Travailler plus pour payer la retraite des profiteurs ? Leurs vacances ? Non ! C’est le travail de nos ancêtres qui ont fourni de quoi fonder ces grandes entreprises familiales de groblan !
Il est nécessaire d’avoir une politique de développement qui permette aux Réunionnais de planter sur leur terre pour manger . Et non simplement des campagnes de racolages consistant à faire venir des touristes européens pour regarder les filles sous le soleil ! Servir en ce pays la Réunion, notre peuple l’a assez fait !
Le JERF appelle au retrait DE LA REFORME DES RETRAITES et à l’arrêt des propositions de loi sur la déchéance de la nationalité.
Démission de Sarkozy, Besson, Hortefeux !
Halte au racisme ! Suppression du Ministère de l’identité nationale, hérité directement du Ministère des Colonies !

Contact : soutienreunion@yahoo.fr / Tel : 06 70 25 46 75 / http://jerf-libre.blogspot.com/

samedi 16 octobre 2010

Qu'est-ce que le JERF ?

Le JERF c'est


les Jeunes Emigrés Réunionnais en France

Le JERF est une organisation indépendante, non subventionnée qui fonctionne sur la solidarité de ses membres et de ses sympathisants.


Le JERF informe les Réunionnais en matière de logement, travail, démarches administratives, études, droits , discriminations.
Le JERF marche pour l’intérêt des Réunionnais les plus précaires.

Le JERF met en contact les Réunionnais entre eux et met en réseau les associations Réunionnaises entre elles .

Le JERF milite pour la Culture et la Mémoire Réunionnaise

Le JERF milite pour des conditions de vie décentes et la justice pour tous ici et là-bas.

Blog : http://jerf-libre.blogspot.com/
Tel : 06 70 25 46 75
Mél : soutienreunion@yahoo.fr

lundi 13 septembre 2010

action passée : Rencontre avec la FCPE 974/ Fin mai 2010

Suite au rassemblement en soutien aux profs 974, un membre de la FCPE 974 a souhaité rencontré les organisateurs du rassemblement.
Le JERF a convié les participants au rassemblement ( notamment des professeurs en poste en France et des membres du MRE et de la CNT)à se joindre à lui pour cette rencontre.
Malheureusement, pour des raisons matérielles, seul des membres du JERF ont participé à cette rencontre.
Les échanges ont porté sur la mobilité, ses contraintes, ses difficultés, la précarité, les associations Réunionnaises en France...
Notre mot d'ordre : Vivre et travailler au pays !
Nous avons des savoirs et des savoirs-faire !

lundi 2 août 2010

action passée: Esclavage , Le 10 mai : le JERF était avec les domiens de Sud PTT

Le JERF /SUD PTT

Nous avons participé à la journée organisée par la commission Dom de SUD PTT, le 10 mai 2010 au Cinéma la Clé :
1- interventions de la salle ( lecture texte Amoin Eli ! + contributions au débat...)
2- présentation de notre collectif
3- maloya et vente de notre journal : Galé !

lundi 19 juillet 2010

Communiqué du J.E.R.F ( Jeunes Emigrée Réunionnaise en France)
Le 24 mai 2010, à Paris

Vivre et travailler au pays !

Parce que Eva, Eli, Zélindor, Mafat, Ansin,Marianne, les esclaves-bitasion, les raleurs de pioches, les engagés au travail forcé nous ont bel et bien laisser un pays pour vivre et travailler.Nos ancêtres n’avaient peut-être aucun acte de propriété pour cette terre mais ce sont eux qui ont construit ce pays avec leur sueur dans les champs de canne, leur sang pour qu’on naisse libre, leur pleurs, leurs espoirs, leurs révoltes.

Il y a une volonté politique de vider la Réunion de ses forces vives, de sa jeunesse pour éviter les révoltes et pour exploiter la force de travail de la jeunesse réunionnaise, au bénéfice de la métropole.Voilà ce que préconisait le rapport de l’OCDE de 2004 concernant la Réunion pour l’horizon 2010 : « Dans le contexte de vieillissement présent de la population métropolitaine, La Réunion pourrait fournir une offre de main d’œuvre ».
Ce rapport souligne un solde migratoire positif : il y a plus d’entrée que de sorties à la Réunion. En réalité, le solde migratoire des Réunionnais est négatif : les Réunionnais partent et ne reviennent plus. Mais les entrées de métropolitains est excédentaire : ils sont plus de 80 000.

Une question subsiste c’est l’implication à la Réunion des syndicats, notamment de l’education nationale dans cette politique . Pourquoi ne pas rallier les autres professeurs ?
Il y a un véritable problème de fond à soulever , Le chômage ou l’exil est bien le constat. Mais aucun parti, aucune organisation politique y compris le NPA à la Réunion ne nous donne de perspectives en dehors de l’assistanat –chabouk de la France. Voilà pourquoi la CGTR n’appelle pas les chômeurs à rejoindre le mouvement.


Aujourd’hui, ce sont des jeunes formés et compétents qu’on fait partir. Le pays est privé de ces savoirs et savoirs- faire.
C’est en ce sens que Le JERF apporte son soutien au collectif prof 974 .

jeudi 8 juillet 2010

Extrait du communiqué de presse du MAR : La Réunion une colonie départementalisée par les communistes en 1946


50 ans de Françafrique, ça suffit !
Arrêtons le soutien aux dictateurs !
Soutenons les peuples africains

LA Réunion : une colonie départementalisée par les communistes en 1946

Pour que notre pays la Réunion ne reste pas en dehors du monde militant anti-colonialiste, avec d’autres pays de l’Océan Indien, et de l’Afrique, le Mouvman Antickoloniyalis Réniyoné (le M.A.R) a rejoint ce grand mouvement de protestation contre la politique Françafrique menée dans les anciennes colonies - quelque part, au regard de la situation et de l’histoire dans notre pays, la Réunion bien que soustrait de la vague de décolonisation des années 60 ne peut pas ne pas être concernée.
Manifestons contre la Françafrique ! Place de la République, Paris, le 13 juillet , à 18 h.
Bal anticolonial, 20 H 30 H , au Ministère de la régularisation de Tous les Sans papiers, rue Baudelique , Métro Simplon, (ligne 4)

Mardi 29 Juin 2010 - 14:49

Pour une unité ouvrière (Article publié dans l'Internationaliste n°100)

Pour une unité ouvrièrede la France à la Réunion
Pendant qu’en métropole le gouvernement fait passer les attaques, la lutte des classes s’aiguise dans les colonies. La réunion, un enjeu stratégique pour l’Impérialisme dans l’Océan indien. Bilan d’une discussion avec trois militantes du JERF, qui se battent pour de nouvelles perspectives d’organisation pour les travailleurs réunionnais.
Qu’est-ce que le JERF ?
JERF signifie « Jeunes Emigrés Réunionnais de France ». Nous avons préféré le terme « émigré » à celui d’expatrié ou celui d’exilé. Nous savons que ce terme ne plaît pas de manière générale, y compris dans le milieu militant. Pourtant quand nous arrivons en France, nous connaissons les mêmes problèmes que tous les autres immigrés, voire que les sans-papiers. En vérité, nous ne nous sentons pas assimilés à quelque métropole. Quand nous arrivons en France, il n’y a personne pour nous aider ou nous accueillir. La composition du JERF est variée : étudiants, chômeurs, travailleurs… Parfois même des femmes battues qui fuient leurs maris en France. Mais le JERF n’est pas une association, notre but est bien d’organiser politiquement les gens.
Il faut savoir, qu’il existe une très forte propagande menée par le MEDEF local pour inciter les réunionnais à s’installer en « métropole ».
Quels ont vos objectifs ?
Nous luttons pour l’autodétermination des peuples et la mise en place d’un état socialiste, pour que les gens puissent réellement savoir ce que c’est que le socialisme. Même si aujourd’hui, les gens croient que c’est « dégueulasse », nous nous battons pour que les richesses soient mieux redistribuées, et que ce ne soit pas seulement des « gros blancs » qui en profitent. Finalement les principes du JERF, ce sont l’auto-organisation, l’internationalisme, l’anti-colonialisme et l’unité des luttes. Il faudrait ouvrir une sorte de front internationaliste, car la force de l’Impérialisme, c’est qu’il n’existe pas d’unité dans l’ensemble des colonies. Il faudrait faire cela à partir d’ici. Un des objectifs du JERF, est également de « radicaliser » les réunionnais qui vivent ici, c’est-à-dire de les conscientiser sur la question anticoloniale.
La précarité et la « mobilité » fait qu’il nous est difficile de nous organiser. Par ailleurs aujourd’hui, beaucoup des étudiants qui sont venus pour faire des études « ont les moyens ». Tous ces éléments constituent des problèmes pour les réunionnais à s’organiser. Du fait de notre isolement, nous avons déterminé clairement les mots d’ordre et les revendications de notre organisation, tout en restant très flou sur sa nature.
Où en est la lutte des classes actuellement à la Réunion ?
Ces dernières années, la Réunion suit les conseils de l’OCDE et envoie de plus en plus d’étudiants pour former les futurs cadres et développer la Réunion. Marie-Luce Penchard a déjà préparé les axes de « développement » : bâtiments / restauration / tourisme. Les conditions de travail, et de vie se sont dégradées. Le taux de chômage atteint les 37,6 %, on estime entre 100 et 120 000 adultes illettrés et 400 000 personnes bénéficiant de la CMU. En outre la région est de plus en plus militarisée ce qui accentue les tensions déjà existantes. Il faut savoir que sur les dix premiers soldats « français » morts en Afghanistan, 3 étaient réunionnais ( dont un jeune homme âgé à peine de 19 ans) et un maorais, c’est-à-dire originaire de Mayotte.

vendredi 25 juin 2010

Zélindor

Association Nout byin nout mémwar


Nou atan azot


lo 25 zuin 2010 17h30 dovan la méri ( St André)

pou in kozé maloya pou lo mémwar Zélindor ek son bann dalon, zesklav ké la vouli révolté dan plantasion Sin André

Saknana :

Kozé Michel Nasseau, Prosper Eve
Maloya
Morinng

"Arèt zigil a mwin Sak i trakas a mwin lé byin résonab lé byin méritan Somanké dann fénwar i anpès Landrwa pou fé lo byin Sak i intéres a mwin Sak mi koné kosa i fo fé"
Gogo

mercredi 26 mai 2010

Soutien au prof 974 sur zinfos 974





























Des associations de Paris se rassemblent pour les "profs déportés"
Hier, diverses associations, dont le JERF (Jeunes Emigrés Réunionnais de France), se sont rassemblées à Paris pour manifester leur soutien envers le collectif Prof974.

Organisée dans l’urgence, pour "marquer le coup", la manifestation qui s’est tenue hier, place de l’Île de la Réunion à Paris, n’a pas attiré les foules. Initié par le JERF, l’événement a tout de même rallié à sa cause des représentants du Mouvement des Réunionnais Expatriés (MRE), du CNT-STE92, et du Syndicat Etudiant Unitaire et Laïque (SEUL).

Sébastien du CNT-STE92
Rassemblées pour soutenir le collectif Prof974, les associations réclament notamment la création de 30 postes pour "30 profs déportés". Revendication qu’elles justifient en rappelant les chiffres de l’illettrisme qui concernerait selon elles 130.000 personnes à la Réunion. "On dit qu’il n’y a pas de postes, vacants à la Réunion. Alors pourquoi nommer les professeurs dans les académies de région parisienne qui sont excédentaires?", s’interroge Sébastien du CNT-STE92. Loïc, membre du SEUL, un syndicat métropolitain, pense que le combat des enseignants stagiaires réunionnais est "légitime" : "de l’argent il y en a, pour le budget militaire par exemple. Il faut que cet argent revienne dans l’éducation."

Alex du Mouvement des Réunionnais Expatriés
En guise de protestation, les militants ont exposé des messages forts. "Arèt déport anou. Viv é travay si nout tér", pouvait-on ainsi lire sur l’une de leurs banderoles. Alex, membre du MRE, nuance le terme "déportation" : "c’est vrai que le terme peut paraître a priori incongru. Le fait est que nous ne reprenons pas le sens littéral de la déportation. C’est une image-choc qui doit passer dans les mentalités. C’est l’esprit de la déportation qu’on veut réitérer et pas le terme en tant que tel". Pour Loïc, au contraire, le terme est approprié dans le sens où "ce sont des mutations forcées".

Loïc du Syndicat Etudiant Unitaire et Laïque
Emmanuel et Jean-Pierre, professeurs en génie mécanique, se réjouissent que le collectif Prof974 fasse entendre sa voix. Ils sont présents par solidarité et aussi pour rappeler qu’ils existent. Ils témoignent : "cela fait 7 ans que certains d’entre nous attendent là. Chaque fois c’est la même chose, on nous refuse la mutation sur la Réunion. Cette année il y aurait 11 postes de libre qui sont occupés par des contractuels". Ils n’ont qu’une seule exigence si l’action du mouvement aboutit : "il faudra tenir compte des barèmes".
La mobilisation du collectif dure depuis près de deux mois maintenant. Avant l’arrivée de Marie-Luce Penchard, ses membres avaient occupé l’Hôtel de Région pendant plusieurs semaines.

L'article du JIR sur le soutien au prof 974


Les Réunionnais de Paris soutiennent les “Profs 974”
publié le 26 mai 2010

“Nous étions une petite vingtaine ; il s’agissait de marquer le coup.” Ainsi s’exprime l’un des jeunes enseignants réunionnais qui ont manifesté lundi soir à Paris, place de l’Île-de-La Réunion, près du métro Nation. “Le rassemblement s’est déroulé avec des interventions, entrecoupées de chants traditionnels au pikèr et au kayanm, lo Rwa Kaf, Gramoun Bébé et d’anciens chants militants évoquant l’abandon de la terre : Ou sa ilé plantèr ?”. Cette manifestation faisait écho aux différentes actions du “Collectif Profs 974”, qui rassemble des jeunes professeurs réunionnais refusant leur mutation forcée en région parisienne (lire nos précédentes éditions). Comme ils exigent des postes à La Réunion, pendant que des Réunionnais attendent depuis plusieurs années de revenir dans leur île, on pourrait s’attendre à une situation conflictuelle de concurrence entre Réunionnais à Paris et à La Réunion. Il n’en est rien.
Les “bouche-trous de l’Education nationale”
Ainsi, l’un des orateurs a commenté lundi la situation des stagiaires : “Devoir quitter leur île, leur famille, leurs racines, pour pouvoir travailler dans le métier qu’ils ont choisi... S’ils viennent en métropole, pour la plupart ils n’auront même pas de postes fixes puisqu’ils seront remplaçants”. Les manifestants ont repris à leur compte l’argument des “Profs 974” : “Pourtant les besoins à la Réunion, ils existent ! Et les heures supplémentaires, par exemple, permettraient de créer des postes d’enseignants à la Réunion !” Signé par des structures inconnues à La Réunion (Jeunesse émigrée réunionnaise en France, le Mouvement des Réunionnais expatriés, Kreolokoz, CNT-STE92, Syndicat étudiant unitaire et laïque), l’appel parisien à manifester soutient ouvertement les “Profs 974” : “Pourquoi devraient-ils être transférés à 10 000 km de chez eux, dans un pays où certains n’ont peut-être jamais mis les pieds, alors que des postes peuvent être créés à la Réunion ?”. On a aussi entendu que “Les Réunionnais sont les bouche-trous de l’Education nationale”. Les organisateurs annoncent “Une mobilisation à plus grande échelle et un travail de fond sur le long terme”
V.H.

samedi 22 mai 2010

VIVRE ET TRAVAILLER AU PAYS !

KABAR SOUTIEN AU PROF 974 LE LUNDI 24 MAI

A PARIS

18h00 / PLACE DE L'ILE DE LA REUNION/ NATION



Le collectif prof 974 est en lutte à la Réunion afin de rester au pays.

voici un texte d'appel unitaire concernant l'affectation de Réunionnais en France prochainement.


Au programme :

prise de paroles diverses, le JERF ( Jeunes Emigres Réunionnais en France) prendra la parole notamment pour expliquer quelle est la volonté politique du gouvernement français concernant l'émigration des Réunionnais en France. Le mot d'ordre du JERF : vivre et travailler au pays !


Des groupes de musique traditionnelle et des artistes s'exprimeront.


Texte d'appel : Soutien à la lutte du Collectif profs 974

Les néo-titulaires de l'île de la Réunion ont entamé une lutte acharnée depuis le mois de mars 2010 contre leur mutation en "métropole".

Pourquoi devraient-ils être transférés à 10 000 km de chez eux, dans un pays où certains n'ont peut-être jamais mis les pieds, alors que des postes peuvent être créés à la Réunion.En effet, les heures supplémentaires utilisées dans plusieurs lycées pourraient être convertis en postes (13000 heures supplémentaires ont été validées pour l'année prochaine, soit un équivalent de 700 postes). Il est prévu par ailleurs la suppression de 50 postes dans des collèges et établissements du secondairel'année prochaine.

Malgré plusieurs manifestations et occupations du Rectorat, la situation n'évolue pas ou peu. Les nouveaux professeurs engagés dans cette lutte se disent confrontés à un mur. A la place du dialogue, force est de constater que l'administration préfère rester sourd aux revendications et ne propose que des entretiens au cas par cas.

Face à la mobilisation, la réaction du recteur de la Réunion Mostafa Fourar fut de déplorer le "folklore" et le "spectacle" donnés par les manifestants.En 2002, la même situation était de mise. Une vingtaine de professeurs stagiaires s’étaient enchaînés aux grilles du Rectorat et avaient occupé l’IUFM. Ils avaient eu gain de cause.

Titularisation sur place des travailleurs domiens de la fonction publique

Passage en CDI des vacataires au bout d’un mois d’expérience

Priorité d’affectation aux Réunionnais ( et aux domiens dans les Dom)

Création de postes

Rassemblement Lundi 24 mai 2010 à 18h00
Place de l’île de la Réunion,
métro Nation


Signataires : JERF ( Jeunesse Emigrée Réunionnaise en France), le MRE ( Mouvement des Réunionnais Expatriés), Kreolokoz, CNT-STE92, SEUL ( Syndicat Etudiant Unitaire et Laique), Des étudiants du CIUP

vendredi 21 mai 2010

SOMMAIRE DE GALé !

sommaire de Galé

journal du JERF


EDITO

Présentation des collectifs
J . E . R . F
( Jeunes Emigrés Réunionnais de France )
M . R . E
( Mouvement des Réunionnais Expatriés )

II. L’élection de Didier Robert.

III. Analyse sur la décomposition du PCR.

IV. Aniel boyé l’esprit le pen la monte si li.

V . Cozlangaz

. Ma swaf
.Oté didier

vendredi 7 mai 2010

SORTIE DE " Galé !" le journal du JERF

Le 10 mai : sortie du journal Galé du JERF

Diffusion au Cinéma la Clef, métro Censier-Daubenton

21, rue la Clef 75005

de 9h00 à 17h00


Bientôt le sommaire !

Pour vous le procurer et nous rencontrer : 06 70 25 46 75

soutienreunion@yahoo.fr

Courrier du 25 novembre 2009 aux élus de la Région Réunion

Voici un courrier du Jerf datant d'avant les élections régionales, envoyés à chaque élu de l'époque.



Courrier des jeunes émigrés Réunionnais en France

marsh pa
si nout listoir


Aux élus de La Région Réunion,
Le 25 novembre 2009,

La tèr la lé anou Mr Vergès …obli pa.

NonMonsieur Vergès, ni votre mandat, ni n’importe quel autre mandat ne permet de :
> kraz nout listoir
> gonm nout mémwar

Nous sommes la Jeunesse Vive et nous ne vous laisserons pas vous attaquer au berceau de notre civilisation Réunionnaise !

Na in zour i apèl domin…

D’autres fils, d’autres filles que les vôtres pensent à une Réunion nouvelle ! La plaie du chômage ne sera pas pansée par ce grand projet.

D’ailleurs nous-mêmes dans l’émigration n’allons pas nous précipiter pour rentrer sous prétexte que le tram-train est censé créer 3000 emplois .

Non Messieurs, Mesdames, la mobilité, pour nous, cela signifie que nous allons continuer à faire des stages sous-payés jusqu’à la gratuité parfois, à se faire discriminer au Logement, à être loin des nôtres…

Nous savons aussi que ces emplois que vous nous faîtes mirroiter vont d’abord aller aux grandes entreprises françaises qui vont venir .

Mais nous ne sommes pas contre le tram-train, la jeunesse veut pouvoir se déplacer à moindre coût, voir gratuitement .

Mr Alain Armand, avez-vous oublié ces combats qui vous ont amené à ce fauteuil de l’Hôtel de la Région ? Si la Culture veut dire quelque chose : le tram-train ne passera pas sur les racines de la culture Réunionnaise.

Ne voyez chers élus, chères élues aucunes attaques personnelles mais l’expression d’un ras-le-bol justifié de la jeunesse et une remise à plat du débat politique autour du projet tram-train.

Prouvez-nous que vous ne trahissez pas les jeunes de notre pays : n’étouffez pas les voix de nos ancêtres qui s’élèvent à la Grande Chaloupe, cessez de briser les vies de nos frères et de nos soeurs du Village !

NE FAITES PAS PASSER CE TRACE A LA GRANDE CHALOUPE !
ou assumez-en les conséquences, notamment lors des prochaines élections.

vendredi 2 avril 2010

Le JERF sur zinfos974

ZINFOS974

Tram-train/MCUR : Dans l’Hexagone aussi des Réunionnais veulent faire entendre leur voix


Rassemblés dans un mouvement dénommé JERF (Jeunes Emigrés Réunionnais en France), des réunionnais résidant en Métropole ont donné hier une conférence de presse à Paris pour apporter leur point de vue, notamment sur les grands chantiers en projet à la Réunion. Entre autres revendications : non à la MCUR et non au passage du tram-train sur le site de la Grande Chaloupe.
C’est du sentiment que rien n’évolue pour la jeunesse réunionnaise, aussi bien sur le territoire métropolitain que sur l’île, qu’est né le mouvement des Jeunes Emigrés Réunionnais en France. Pour dire leur "ras-le-bol", mais aussi montrer qu’ils s’intéressent à l’avenir de la Réunion, ces jeunes réunionnais d'Île-de-France et d'ailleurs ont donné une conférence de presse, hier, à Paris. En exposant leurs nombreuses revendications abordant les thèmes du travail, des femmes et de la mémoire, les Jeunes Emigrés Réunionnais en France ont exprimé leur refus de la MCUR et leur souhait de préserver le site de la Grande Chaloupe du passage du futur tram-train.

"Avons-nous besoin d’une MCUR ?", s’interroge Julie Payet (à gauche sur la photo) dans son discours explicatif. Attachée à la mémoire, cette étudiante estime que le projet est virtuel, inutile et coûteux. Comme beaucoup des détracteurs du projet, elle aimerait voir cette manne utilisée à d’autres priorités telles que l’éducation.

Également reproché à la MCUR, le manque de transparence dans son fonctionnement. Alors que les fondations du bâtiment ne sont même pas posées, de multiples actions en son nom ont déjà été menées. Aussi, les JERF préfèreraient que soient préservés et protégés les sites historiques déjà existants, les "lieux de grande mémoire". Parmi ceux-ci, la Grande Chaloupe, considérée par les JERF comme le berceau de la civilisation réunionnaise et menacée par le tracé du tram-train. "Ceux-là mêmes qui, d’un côté, prétendent défendre la mémoire avec la MCUR, de l’autre la détruisent avec le tram-train", s’étonne Julie.

Dans un courrier du 15 décembre 2009, adressé à la Région Réunion, ils ont déjà tenté d’attirer l’attention de Paul Vergès : "Non, Monsieur Vergès, ni votre mandat, ni n’importe quel autre mandat ne permet de kraz nout listoir, gonm nout mémwar". Un courrier resté sans réponse.

"Mais nous ne sommes pas contre le tram-train en lui-même", tiennent-ils à préciser dans cette même lettre. "La jeunesse veut pouvoir se déplacer à moindre coût, voire gratuitement." Cependant, ils restent sceptiques quant aux promesses faites autour du tram-train. Ils rappellent que "la plaie du chômage ne sera pas pansée par ce grand projet et qu’eux-mêmes, dans l’émigration, ne vont pas se précipiter pour rentrer sous prétexte que le tram-train est censé créer 3000 emplois."

Les requêtes des JERF ne se limitent toutefois pas à ces grands sujets d’actualité. Ont également été évoqués, chiffres à l’appui, les difficultés de logement et de travail que connaissent les Réunionnais en métropole, les obstacles rencontrés par ceux qui veulent rentrer, ou encore la qualité du lien qui unit la métropole à la Réunion. La conférence s’est clôturée par un maloya...

Jeudi 4 Mars 2010
Bérengère Lefèvre


Source :
http://www.zinfos974.com

LE JOURNAL REUNIONNAIS DU MONDE parle du JERF




accueil » Journal » Articles membres » Les Jeunes Emigrés Réunionnais en (...)
Les Jeunes Emigrés Réunionnais en France s’invitent dans la campagne des Régionales
Collectif indépendant de toute organisation politique, le J.E.R.F invite les Réunionnais(es) en mobilité, les correspondants de la presse et des médias réunionnais à une conférence de presse le 3 mars 2010 à 11h15 à la Maison Verte, Paris 18e, 126 rue Marcadet (Métro Jules Joffrin ou Lamarck).



Message des Jeunes Emigré(e)s Réunionnai(e)s en France :
Nous avons adressé le 25 novembre 2009 un courrier aux élus de la Région Réunion reflétant notre état d’esprit en ces temps de « profitasion » sur la population.
La population réunionnaise en France augmente de plus de 0,6 % chaque année. Les jeunes Réunionnais contrairement à ceux des Antilles sont les seuls qui continuent à affluer en France. C’est un échec de la part des irresponsables politiques, incapables de créer des perspectives pour les Réunionnais. Voilà pourquoi nous voulons parler.
Nous revendiquons l’indépendance des jeunes Réunionnais face aux partis politiques gangrénés par la corruption et l’intérêt personnel.
Nous dénonçons la récupération et le musellement des mouvements sociaux par les politiques.
Lors de sa visite à la Réunion, Nicolas Sarkozy n’a dit aucun mot sur l’emploi, la misère, la vie chère… Au Tampon, à la mairie de Didier Robert, la police a parqué deux jeunes du syndicat lycéen UNL .( JIR 21 nov 2010)
L’histoire de la Réunion est pleine de peurs, les politiciens continuent à utiliser ces peurs. Nous dénonçons les méthodes crapuleuses de ces politiciens.
Nous disons que ce sont les politiciens qui devraient avoir peur de la colère des Réunionnais et qu’on ne pourra la contenir éternellement.
Nous sommes solidaires des marrons que sont les femmes de l’Arast qui se battent actuellement pour leur bouchée de manger.
Nous avons la volonté de créer un débat dans notre jeunesse sur notre avenir et celui de notre pays.
Nous voulons prendre en main notre destin au lieu de le laisser à tel ou tel Papa politicien .
Nous refusons l’exploitation mais nous voulons du travail pour les Réunionnais à la Réunion.
Une société qui tue ses femmes, les bat, les viole, ne va pas bien : nous voulons que les femmes réunionnaises aient les moyens de leur émancipation. Si nous voulons construire un avenir il nous faut préserver notre mémoire.
Nous souhaitons évoquer ces thèmes en pleine campagne électorale des Régionales. Nous tenons à nous mobiliser pour dire : Non ! La Réunion n’est pas à vous !
Ainsi nous invitons les jeunes Réunionnais et les jeunes femmes réunionnaises dans l’émigration, les correspondants de la presse et des médias réunionnais à une :
Conférence de presse le MERCREDI 3 MARS 2010 à 11h15 A LA MAISON VERTE – PARIS 18ème- 126-127 127-129 rue Marcadet 75018 Paris Métro Jules Joffrin ou Lamarck rue Marcadet- Métro Jules Joffrin ou Lamarck
Contact : soutienreunion@yahoo.fr






Tags : Association Paris Politique Réunionnais du Monde - Mars 2010
Contact - Annonceurs - Infos légales - Revue de presse - Annuaire - Familles d’accueil - Flux rss & widgets Tous les Logos et Marques de ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs.Reunionnaisdumonde.com copyright 2005-2010 © Déclaration CNIL n 1190119

vendredi 19 mars 2010

Kabar du 17 mars










Kabar du 17 mars Place de la Réunion à Paris



LA JERF étend son réseau et continue à faire du bruit !


Les Jeunes Emigrés Réunionnais en France ont organisé ceMercredi 17 mars 2010 un kabar sur la Place de la Réunion à Paris dans un quartier très populaire du 20è.

Alors que Vergès se représente aux élections à 87 ans, ces jeunes agés de 15 à un peu plus de 35 ans sont déterminés à tenir un discours politique, militant, libre et indépendant des politiciens.

S’ils souhaitent s’exprimer c’est parce que personne à la Réunion ne parle des jeunes émigrés ( parti de leur pays à 10 000 km ou plus encore)

Autre ligne de mire ce mercredi après-midi les pratiques fascisantes à la Réunion contre la jeunesse contestataire . En effet, présence notable, ce jour, du jeune Alexis de l’UNL- Réunion ( l’Union National des Lycéens).
L’affaire avait fait du bruit à la Réunion, lorsque lors de la dernière visite de Sarkozy, Alexis
( 16 ans) et un autre camarade lycéen syndicaliste ont été enfermés dans un hangar au Tampon par des gendarmes.


Chants militants :

Ils utilisent comme l’ont fait leurs ainés avant eux le maloya pour revendiquer disent-ils.

Ainsi crient-ils sur la place « Verzès, Robert !et sur l’air d’un morceau local :
Si zot lé pa kontan alé !
Sort dan mon péi
Rann la Réinion ! »
Ou encore remettent-ils au goût du jour le célèbre morceau de Ziskakan : « Oté Verzès/Robert !
Toué la roul anou ton zoli kozman trèn anou dan la bou ».

Une ou deux chansons de Danyèl Waro, envoyée par Alexis le syndicaliste lycéen de La Réunion « wo laviyon la manz mon fra, mon sèr, nout tout ! » , « mi sa pi lékol kolonial ! »…

Soldat Lalit, chant militant de Sivien Chinien, le vanzèr morisien de la lutte contre le communalisme ; témoigne d’une culture de résistance qui inclut tout l’Océan Indien.


Les jeunes femmes et hommes chantent haut et fort des morceaux traditionnels : lo rwa kaf, o maligasé …

C’est la preuve que la transmission de la culture Réunionnaise n’a pas besoin d’une Maison de l’Orgueil , « mém si dé troi i may, sé konmsa i apran » .

20 désanm de l’internationaliste Serge Sinamalé, un chant de libération ,oublié, repris par le JERF,

« Légalité si papié
Légalié dan diskou
Légalité baratin
Légalité po dominèr

Kroi pa Sarda, la pa…kasé la sèn la
La sèn Sarda la pa kasé »


Didier Robert et Alexis le syndicaliste « amarré avec une corde dans le pied ».
« A la Réunion, on mate le syndicalisme et toute idée opposée, par la force » video


Affiches, banderoles et plaquette de revendication .



Les jeunes Réunionnais ont distribué leur plaquette de revendications, notamment aux passants très sensible au DOM, après les évènements de Guadeloupe : encouragements, sympathie et dons de soutien pour le JERF.

Un passant aggressif qui ne comprend pas le terme émigré, répète coup sur coup « la Réunion c’est la France »-pourtant un manuel de 1ère de géo montre bien que l’émigration désigne un déplacement d’un territoire à un autre.

En face, des marmay de la cité se font fouiller et contrôler par la police, pendant un très long moment.
Parmi ces marmay, sans doute un ou plusieurs Réunionnais. Un peu avant ce contrôle de routine ces jeunes avaient été initiés aux instruments Réunionnais sur la Place de la Réunion.

Des responsables du JERF vont donc demander ce que ces marmay ont fait pour être ainsi traités, fouillés et malmenés. Les jeunes ont dit « on a l’habitude, c’est comme ça tous les jours », les policiers ont répondu « laissez-nous faire notre travail ».






Le kabar a pris fin avec un dernie maloya :Police partout, Justice nulle part ! en réponse à l’attitude de « la loi » contre les jeunes dans leur propre quartier . Soutien apprécié .
Un contrôle de police a été effectué alors que la JERF pliait bagage.

La JERF compte mener des actions concernant le logement, le travail, le retour au pays, la solidarité… et appelle les Réunionnais, les Réunionnaises à la rejoindre ou à la contacter .

soutienreunion@yahoo.fr

Conférence de presse du 3 mars 2010


La Conférence de Presse du 3 mars 2010 à Paris .

Tram - Train et éléctions régionales : deux sujets d’actualités à la Réunion qui ont été evoqués hier matin à Paris par le JERF.
Le JERF : ce sont les jeunes émigrés réunnionnais en France. Il regroupe des jeunes Réunionnais nés à la Reunion ou en France, de Paris et de Province.

Les médias locaux Réunionnais ont été conviés mais leurs correspondants ne se sont pas déplacés à part une correspondante de zinfo 974.

L’association regroupe une vingtaine de personnes en France métropolitaine a saisi l’occasion des éléctions regionales pour s’exprimer en toute independance des partis politiques.

« Kas la sèn… », « lésklavaz la pa fini !», « profiter… »…

Le JERF tient un discours qui accusent les inégalités sociales entre les riches et les pauvres a la Reunion et la connivence des politiques.



Fanm : « Pas un mot sur les femmes pendant les éléctions »

« Kafrine lé pa la po envoy galé pendant les zelections »

Le JERF a rappelé les chiffres des violences faites aux femmes à la Réunion et demande la gratuité des billets d’avion qui souhaitent se réfugier en dehors de la Réunion, ainsi que le développent de structures d’accueil et d’hébergement pour les réunionnaises en Métropole.

Mémwar :

« La Grande Chaloupe : berceau de la civilisation Réunionnaise »

« Grande Chaloupe nout tout la pas tèr là : malbar, zarab, komor, kaf, yab, malgas, sinoi. Le tracé du tram’train : Arèt èk bann trin koma ! »

La prise de parole a porté sur le tracé du Tram-Train qui menace directement le site historique des Lazarets à la Grande-Chaloupe et d’exproprier les familles du village.

Autre grief contre la Région sortante de Vergès, le coût de la MCUR et le grand écart entre la construction d’un site de mémoire virtuelle et la destruction ou le laisser à l’abandon de sites de mémoire actuelle qui font véritablement le lien entre tous les Réunionnais puisque « chaque Réunionnais à un ancêtre à la Grande-Chaloupe ».


Le JERF demande le :

- Respect de la mémoire, des ancêtres
- Restauration des sites historiques
-que l’argent du tram-train et de la MCUR servent à créer des « ti lékol » pour combattre l’illétrisme avec des CDI pour les jeunes diplomés bac +3 qui encadreront et enseigneront aux marmay .





Travail


« Stages sous payés en Métropole »

« Solidaires des revendications des antillais, guyanais, réunionnais des PTT »

« Rien n’a changé depuis les années 60»

« Personnellement, avec ma famille nous avons profités des congés bonifiés pour aller au pays, aujourd’hui les congés bonifiés sont remis en question. »

Le JERF dénonce l’émigration forcée par le chômage massif à la Réunion.
Mais si les jeunes Réunionnais sont plus diplomés en France qu’à la Réunion, le racisme les touche de plein fouet d’après le collectif.

Le JERF revendique le maintien des congés bonnifiés, et l’extension des congés bonnifiés aux contractuels de droit privés, et public ; et le droit de travailler à la Réunion.



Enfin, le JERF combat les politiques racistes soutenues par les responsables politiques envers les sans – papiers de l’Océan Indien.
Ils’inquiètent de l’opportunisme d’une certaine droite - la droite de Didier Robert par exemple - avec ses méthodes faschisantes (les lycéens « bayoné » du Tampon ).

Les jeunes émigrés réunionnais entendent organiser une résistance et une riposte contre les injustices auxquelles ils font face.

Le JERF publiera prochainement les Discours du 3 mars 2010.



Commission presse du JERF
Le 3 mars 2010, 22 h 30

Kosa ?

Le JERF : ce sont les jeunes émigrés réunnionnais en France. Il regroupe des jeunes Réunionnais nés à la Reunion ou en France, de Paris et de Province.