JERF

CONTACT:soutienreunion@yahoo.fr 06 70 25 46 75 Rès pa tousèl Lite èk lo JERF !

vendredi 19 mars 2010

Kabar du 17 mars










Kabar du 17 mars Place de la Réunion à Paris



LA JERF étend son réseau et continue à faire du bruit !


Les Jeunes Emigrés Réunionnais en France ont organisé ceMercredi 17 mars 2010 un kabar sur la Place de la Réunion à Paris dans un quartier très populaire du 20è.

Alors que Vergès se représente aux élections à 87 ans, ces jeunes agés de 15 à un peu plus de 35 ans sont déterminés à tenir un discours politique, militant, libre et indépendant des politiciens.

S’ils souhaitent s’exprimer c’est parce que personne à la Réunion ne parle des jeunes émigrés ( parti de leur pays à 10 000 km ou plus encore)

Autre ligne de mire ce mercredi après-midi les pratiques fascisantes à la Réunion contre la jeunesse contestataire . En effet, présence notable, ce jour, du jeune Alexis de l’UNL- Réunion ( l’Union National des Lycéens).
L’affaire avait fait du bruit à la Réunion, lorsque lors de la dernière visite de Sarkozy, Alexis
( 16 ans) et un autre camarade lycéen syndicaliste ont été enfermés dans un hangar au Tampon par des gendarmes.


Chants militants :

Ils utilisent comme l’ont fait leurs ainés avant eux le maloya pour revendiquer disent-ils.

Ainsi crient-ils sur la place « Verzès, Robert !et sur l’air d’un morceau local :
Si zot lé pa kontan alé !
Sort dan mon péi
Rann la Réinion ! »
Ou encore remettent-ils au goût du jour le célèbre morceau de Ziskakan : « Oté Verzès/Robert !
Toué la roul anou ton zoli kozman trèn anou dan la bou ».

Une ou deux chansons de Danyèl Waro, envoyée par Alexis le syndicaliste lycéen de La Réunion « wo laviyon la manz mon fra, mon sèr, nout tout ! » , « mi sa pi lékol kolonial ! »…

Soldat Lalit, chant militant de Sivien Chinien, le vanzèr morisien de la lutte contre le communalisme ; témoigne d’une culture de résistance qui inclut tout l’Océan Indien.


Les jeunes femmes et hommes chantent haut et fort des morceaux traditionnels : lo rwa kaf, o maligasé …

C’est la preuve que la transmission de la culture Réunionnaise n’a pas besoin d’une Maison de l’Orgueil , « mém si dé troi i may, sé konmsa i apran » .

20 désanm de l’internationaliste Serge Sinamalé, un chant de libération ,oublié, repris par le JERF,

« Légalité si papié
Légalié dan diskou
Légalité baratin
Légalité po dominèr

Kroi pa Sarda, la pa…kasé la sèn la
La sèn Sarda la pa kasé »


Didier Robert et Alexis le syndicaliste « amarré avec une corde dans le pied ».
« A la Réunion, on mate le syndicalisme et toute idée opposée, par la force » video


Affiches, banderoles et plaquette de revendication .



Les jeunes Réunionnais ont distribué leur plaquette de revendications, notamment aux passants très sensible au DOM, après les évènements de Guadeloupe : encouragements, sympathie et dons de soutien pour le JERF.

Un passant aggressif qui ne comprend pas le terme émigré, répète coup sur coup « la Réunion c’est la France »-pourtant un manuel de 1ère de géo montre bien que l’émigration désigne un déplacement d’un territoire à un autre.

En face, des marmay de la cité se font fouiller et contrôler par la police, pendant un très long moment.
Parmi ces marmay, sans doute un ou plusieurs Réunionnais. Un peu avant ce contrôle de routine ces jeunes avaient été initiés aux instruments Réunionnais sur la Place de la Réunion.

Des responsables du JERF vont donc demander ce que ces marmay ont fait pour être ainsi traités, fouillés et malmenés. Les jeunes ont dit « on a l’habitude, c’est comme ça tous les jours », les policiers ont répondu « laissez-nous faire notre travail ».






Le kabar a pris fin avec un dernie maloya :Police partout, Justice nulle part ! en réponse à l’attitude de « la loi » contre les jeunes dans leur propre quartier . Soutien apprécié .
Un contrôle de police a été effectué alors que la JERF pliait bagage.

La JERF compte mener des actions concernant le logement, le travail, le retour au pays, la solidarité… et appelle les Réunionnais, les Réunionnaises à la rejoindre ou à la contacter .

soutienreunion@yahoo.fr

Conférence de presse du 3 mars 2010


La Conférence de Presse du 3 mars 2010 à Paris .

Tram - Train et éléctions régionales : deux sujets d’actualités à la Réunion qui ont été evoqués hier matin à Paris par le JERF.
Le JERF : ce sont les jeunes émigrés réunnionnais en France. Il regroupe des jeunes Réunionnais nés à la Reunion ou en France, de Paris et de Province.

Les médias locaux Réunionnais ont été conviés mais leurs correspondants ne se sont pas déplacés à part une correspondante de zinfo 974.

L’association regroupe une vingtaine de personnes en France métropolitaine a saisi l’occasion des éléctions regionales pour s’exprimer en toute independance des partis politiques.

« Kas la sèn… », « lésklavaz la pa fini !», « profiter… »…

Le JERF tient un discours qui accusent les inégalités sociales entre les riches et les pauvres a la Reunion et la connivence des politiques.



Fanm : « Pas un mot sur les femmes pendant les éléctions »

« Kafrine lé pa la po envoy galé pendant les zelections »

Le JERF a rappelé les chiffres des violences faites aux femmes à la Réunion et demande la gratuité des billets d’avion qui souhaitent se réfugier en dehors de la Réunion, ainsi que le développent de structures d’accueil et d’hébergement pour les réunionnaises en Métropole.

Mémwar :

« La Grande Chaloupe : berceau de la civilisation Réunionnaise »

« Grande Chaloupe nout tout la pas tèr là : malbar, zarab, komor, kaf, yab, malgas, sinoi. Le tracé du tram’train : Arèt èk bann trin koma ! »

La prise de parole a porté sur le tracé du Tram-Train qui menace directement le site historique des Lazarets à la Grande-Chaloupe et d’exproprier les familles du village.

Autre grief contre la Région sortante de Vergès, le coût de la MCUR et le grand écart entre la construction d’un site de mémoire virtuelle et la destruction ou le laisser à l’abandon de sites de mémoire actuelle qui font véritablement le lien entre tous les Réunionnais puisque « chaque Réunionnais à un ancêtre à la Grande-Chaloupe ».


Le JERF demande le :

- Respect de la mémoire, des ancêtres
- Restauration des sites historiques
-que l’argent du tram-train et de la MCUR servent à créer des « ti lékol » pour combattre l’illétrisme avec des CDI pour les jeunes diplomés bac +3 qui encadreront et enseigneront aux marmay .





Travail


« Stages sous payés en Métropole »

« Solidaires des revendications des antillais, guyanais, réunionnais des PTT »

« Rien n’a changé depuis les années 60»

« Personnellement, avec ma famille nous avons profités des congés bonifiés pour aller au pays, aujourd’hui les congés bonifiés sont remis en question. »

Le JERF dénonce l’émigration forcée par le chômage massif à la Réunion.
Mais si les jeunes Réunionnais sont plus diplomés en France qu’à la Réunion, le racisme les touche de plein fouet d’après le collectif.

Le JERF revendique le maintien des congés bonnifiés, et l’extension des congés bonnifiés aux contractuels de droit privés, et public ; et le droit de travailler à la Réunion.



Enfin, le JERF combat les politiques racistes soutenues par les responsables politiques envers les sans – papiers de l’Océan Indien.
Ils’inquiètent de l’opportunisme d’une certaine droite - la droite de Didier Robert par exemple - avec ses méthodes faschisantes (les lycéens « bayoné » du Tampon ).

Les jeunes émigrés réunionnais entendent organiser une résistance et une riposte contre les injustices auxquelles ils font face.

Le JERF publiera prochainement les Discours du 3 mars 2010.



Commission presse du JERF
Le 3 mars 2010, 22 h 30

Kosa ?

Le JERF : ce sont les jeunes émigrés réunnionnais en France. Il regroupe des jeunes Réunionnais nés à la Reunion ou en France, de Paris et de Province.